Cette femme sera à moi


Livres / vendredi, juin 21st, 2013

Cette femme sera à moi

Une partie de roulette russe autour de la première dame de France


par Alexandre Zviaguintsev

Un gouvernement nouvellement élu, mais controversé, une sulfureuse première dame de France en mal d’amour, les destins croisés de trois Russes à Paris, la menace d’éclatement des banlieues et les manoeuvres des services secrets, tels sont les ingrédients du dernier roman d’Alexandre Zviaguintsev. On y retrouve Valentin Lednikov en visite à Paris, non plus dans le rôle de juge d’instruction (Le Rendez-vous de Londres, Xenia 2010), mais dans celui de la proie, traquée par le mystérieux Sonder, tueur sans scrupule. Il est assisté dans son enquête par son viel ami, Youri Inozemtsev, dit l’Allemand, propriétaire de la “Troisième Rome”, magasin d’antiquités russes et accessoirement refuge de la communauté immigrée russe à Paris, lui-même menacé par un certain Gran, un mercenaire ayant sévi dans les dictatures d’Amérique latine par le passé.
Dans ce polar haletant se croisent les multiples visages de l’immigration russe en France, des pauvres bougres jouets des services secrets aux “nouveaux riches” noyés dans l’opulence, en passant par les nostalgiques de l’Empire. On y trouve également en filigrane une réflexion intense sur les mécanismes des gouvernements occidentaux et les intrigues politiques de notre époque, qui résultent bien souvent de passions amoureuses, de la jalousie et de vengeances personnelles.

Roman | Littérature étrangère
| ISBN 978-2-88892-173-8 | 13×20 cm., 232 p., 21 €
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre × 3 =